Tout le monde est occupé, de Christian Bobin

Tout le monde est occupé, de Christian Bobin
Voyages littéraires

 
Play/Pause Episode
00:00 / 19:59
Rewind 30 Seconds
1X

Bande-annonce

De l’étrange, de l’improbable, du rocambolesque…  
L’héroïne de ce livre nous propose d’aborder les choses sérieuses avec légèreté.
Sa fantaisie nous parle du monde actuel sans grand discours et sans en avoir l’air. 


Citations


Extrait

« J’ignore combien dans cette assemblée croient en Dieu -prêtre compris (pensée d’Ariane). Ma fille n’a jamais été aussi radieuse qu’aujourd’hui. Chaque fois qu’elle s’apprête à faire une bêtise, elle rayonne (pensée de la mère d’Ariane). J’ai soif (pensée du père d’Ariane). Elle vraiment belle, cette fille, et en plus, elle est drôle. Elle me trouble et elle le sait. Seigneur Jésus, je veux bien croire que vous ayez traversé toutes les épreuves, mais le mariage, qu’est-ce que vous en faites du mariage, vous l’avez soigneusement évité, non ? (pensée du prêtre). Qu’est-ce qu’elle lui trouve, mais qu’est-ce qu’elle lui trouve ? (pensée des soupirants  d’Ariane, assis sur les bancs du fond). Autant de pensées, autant de personnes présentes, lavées, parfumées, endimanchées. Le prêtre oublie son émotion, rattrape sa croyance in extremis, redevient prêtre et accomplit son travail (…) »

page 13
Marc Chagall, promenade en liberté

Impressions de lecture

Quelle est en définitive notre occupation réelle ? 
L’agitation du quotidien, le travail, les rendez-vous, les échéances, les urgences… Tout cela est bien envahissant, c’est vrai. Mais au fond, ce ne sont que des occupations de surface, des « divertissements » comme dirait le philosophe Pascal.  

Au fond, tout au fond de nous, il y a « un noyau irradiant tout le reste » comme le définit Christian Bobin. Parfois c’est quelque chose qu’on cherche à fuir, quelque chose qu’on évite de voir en face. Alors on s’occupe à mille et une autres choses, on fait diversion, on se dit qu’on en viendra à elle après, quand on aura terminé le reste, quand on aura le temps… 

Marc Chagall, Les amants légers 

Dans les contes de fées, mariage rime avec éternité. Et si l’éternité n’était pas ce qu’on croit ?  
On confond souvent éternité et gravité.  
Or, l’héroïne de notre livre incarne à elle seule une nouvelle version de l’éternité : l’éternité légère, voilà comment on pourrait nommer ce qu’incarne ce personnage inventé par Christian Bobin : la légèreté du spontané, la légèreté du présent et de la présence, c’est peut-être plus efficace que la métaphysique pour exprimer ce qui nous dépasse ! 

… Et je n’ai pas parlé des drôles de vies des autres personnages du roman, ni des voyages de Manège, ni de l’incendie dans la maison ; je n’ai pas raconté non plus Rembrandt le chat qui mange Van Gogh, la statue de plâtre de la Vierge Marie qui prend des vacances en Amérique latine… 


Musiques

Extraits des titres choisis pour accompagner notre podcast :  

Tu me fais tourner la tête par Edith Piaf 
Valse favorite de Mozart  
Un petit poisson un petit oiseau par Juliette Greco 
Si maman si de France Gall, reprise par Tom Poisson

Le générique est extrait de L’instant magique d’Alex Pardossi 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*